Lettre au Président

Personnel du collège Honoré de Balzac

65-67 rue Paul et Camille Thomoux

93330 Neuilly-sur-Marne

A l’attention de :

Monsieur François Hollande,

Président de la République

Neuilly-sur-Marne, le 11/12/2014

Monsieur le Président, garant de l'avenir des enfants de la République,

Les parents et les professeurs du collège Honoré de Balzac de Neuilly-sur-Marne et des écoles de la commune sont mobilisés depuis maintenant deux semaines pour manifester leur désaccord à l’annonce de la réforme de la carte des collèges d’éducation prioritaire. Rappelons que le collège Balzac n’est pas le seul établissement à sortir de REP : quatre autres collèges de la Seine-Saint-Denis subissent le même sort et certaines écoles primaires de la commune sont également menacées.

Dès la diffusion de cette information, les professeurs se sont massivement mobilisés : mouvement de grève, audiences auprès de l’inspection académique, manifestations devant le ministère de l’Éducation Nationale et le rectorat de Créteil, assemblées générales avec les parents d’élèves, courriers à Madame la Ministre, à Madame la Rectrice, aux députés de notre circonscription. De nombreux parents et des membres du personnel ont participé à la plupart de ces actions. Depuis le 1er décembre, les parents bloquent le collège et n'ont pas l'intention de s'arrêter. Nous avons eu le soutien officiel de M. Roger et de Mme Archimbaud, sénateurs. Une pétition locale a déjà reçu près de 1300 signatures.

Nous refusons toute sortie du dispositif d’éducation prioritaire dans le département de la Seine-Saint-Denis et appelons au contraire à son élargissement. Malgré toutes les actions menées, malgré les inquiétudes exprimées, malgré les courriers envoyés et les rendez-vous accordés, nous nous rendons compte que nous sommes confrontés à un terrible mur de silence de la part de notre administration. Comment, dans de telles circonstances, ne pas se sentir l'objet du mépris de ceux qui nous gouvernent ? Quinze jours de forte mobilisation, avec des enfants privés d'instruction, des parents inquiets, des enseignants révoltés, les laissent sans réaction et nous montrent bien que l'éducation n'est pas leur priorité.

Nous sommes convaincus que vous, vous prendrez la pleine mesure des risques auxquels ils exposent nos établissements, leurs élèves et leurs personnels si la perte des moyens venait à être confirmée.

Il ne faut pas sous-estimer la difficulté d’enseigner et de suivre les cours au collège, ni les combats menés pour porter l’établissement vers une amélioration ces dernières années, ni notre désarroi à tous, parents et professionnels.

Vous le savez bien, l'Éducation est le vecteur de l'égalité et le seul moyen de mener les élèves à la réflexion et non à la violence. Elle doit rester le fondement de la République.

Tout comme vous, nous, professeurs, ne voulons pas compromettre cette École en laquelle nos ancêtres croyaient, en laquelle nous avons foi.

Nous, professeurs, ne voulons pas entendre «économies» quand il s’agit d’un droit fondamental.

Nous, professeurs, ne voulons pas d’une École au rabais car elle est vitale dans notre département et qu'elle est le seul horizon pour beaucoup.

Nous, professeurs, ne voulons plus de cette préférence des chiffres à l'humain.

Nous, professeurs, ne voulons pas que notre cri se perde dans les résonances d’une société qui se meurt, éteinte par la pensée en boîte. Nous formons des citoyens éclairés, nous transmettons les valeurs de la République.

Nous, professeurs, ne voulons plus avoir à nous battre pour que la devise française perdure et conserve encore un sens.

Nous, professeurs, ne voulons plus taire notre indignation car elle a vocation à préserver des générations.

Nous, professeurs, ne voulons pas que soit oubliée cette France des droits de l’Homme qui a lutté de toutes ses forces pour que l’intégrité de chacun soit respectée, qui a grandi en guidant le peuple.

Le personnel du collège Honoré de Balzac de Neuilly-sur-Marne

Lettre pru00e9sidentlettre-pru00e9sident.doc (17.5 Ko)

actualité